Transmission

Mission
Cœur de métier

La transmission de votre exploitation agricole peut se faire au sein du cercle familial ou en dehors, sous la forme d’une cession d’activité où le foncier n’est pas cédé ou d’une cession de l’exploitation, c’est-à-dire, l’activité et le foncier.


Voici quelques étapes clés à anticiper pour bien préparer votre projet de transmission.

1. La préparation psychologique

Cette première étape s’envisage au moins deux ans avant la date prévue de départ. Elle consiste à accepter l’idée que l’exploitation peut continuer sans vous, être gérée différemment et réussir.

Il s’agit aussi d’identifier son projet de vie après la transmission. Pour se projeter sur un autre avenir, mais aussi pour aborder la dimension matérielle et, notamment, la question des revenus post-cession.

A cette étape, il est important d’associer votre entourage à votre réflexion parce qu’il est probablement un facteur de réussite de la transmission. Famille, associés, propriétaires fonciers doivent être associés à votre projet de cession suffisamment en amont pour ne pas se sentir dépossédés et être, au contraire, partie prenante.

2. La préparation patrimoniale

N’hésitez à parler de votre projet aux professionnels : notaires, experts-comptables ou cabinets d’avocats spécialisés pour explorer les meilleures options. Il vous permettra aussi d’initier la réflexion sur la transmission de votre patrimoine et sur les enjeux de fiscalité.

3. La préparation de la structure

Vous allez devoir présenter votre structure sous son meilleur jour, tout en restant lucide. Un état des lieux est souvent nécessaire afin d’identifier les actions à haut rendement : investissements, corrections, améliorations etc. en gardant en ligne de mire, la rentabilité. De ce point de vue, un œil extérieur offre plus de garanties et permet d’envisager les actions à mettre en place pour renforcer l’attrait de l’exploitation, mettre en valeur son potentiel.

4. L’évaluation de l’exploitation

Il existe plusieurs méthodes de valorisation, selon que l’exploitation est cédée en globalité, pour une poursuite de l’activité, ou dans le cadre d’une réorientation d’activité, avec démantèlement de l’outil. Les dossiers d’évaluation présentent en général, une fourchette de valeurs qui encadre les négociations. Il n’est cependant qu’un seul « bon prix » qui est celui de la transaction et qui convient au vendeur et à l’acheteur.  Dans cette phase de réflexion, il est utile de se faire accompagner pour prendre le recul nécessaire et vous départir de la valeur psychologique ou « sentimentale » pour vous approcher de la réalité du marché.

La Chambre d’agriculture peut vous accompagner dans la valorisation de votre bien. Prenez un RDV.

5.   La transaction

Différents réseaux permettent la mise en relation entre cédants et candidats à l’installation. Vos réseaux personnels sont aussi des vecteurs intéressants. Ils doivent être choisis en fonction du profil de repreneur recherché et sont à activer suffisamment tôt.

Il impératif à cette étape de travailler avec les professionnels pour cadrer les actes car la rédaction des documents est d’une importance primordiale : ils doivent être officiels, opposables aux tiers en cas de litige et parfois enregistrés ou publiés.

6.   L’accompagnement du repreneur

Pour une relation durable et pour être en paix avec soi-même, il est important de bien terminer son activité et de transmettre dans de bonnes conditions en n’oubliant pas le transfert des compétences. Votre dernière réalisation professionnelle : savoir transmettre puis partir !

Parallèlement aux professionnels de la cession/transmission, les conseillers de la CANC vous proposent un accompagnement personnalisé dans une démarche de proximité.

Renseignements

Pôle Appui aux ressortissants

Tél. : 24 31 60 – cfe@canc.nc ou poleressortissant@canc.nc

 

X